Nous contacter

Qu'est-ce que c'est ?

Le bivouac, c’est comme une randonnée en montagne. C’est :

  1. S’arrêter un instant de courir (poser son sac et s’asseoir sur un rocher).
  2. Réfléchir à ce qu’on a vécu (regarder le chemin parcouru, le paysage d’en bas).
  3. Prendre conscience et se réjouir de ses forces, de ses capacités nouvelles, de ce qu’on a appris.
  4. Définir ce qu’on a encore envie de faire, d’apprendre, de découvrir (choisir le chemin à prendre pour rejoindre le sommet).

Bref, c'est une occasion pour chacun de réaliser tout ce que le scoutisme lui apporte, de prendre confiance en soi et d’aller puiser de l’enthousiasme pour la suite.

Quand faire un bivouac ?

Une fois de temps en temps. Bien sûr, il ne s’agit pas d’en faire à toutes les réunions. Cela deviendrait vite trop lourd pour tes scouts et risquerait d’empêcher d’autres activités. La fréquence dépend donc de ce qu’on a vécu mais aussi du public.

Un bivouac deux fois par an chez les Baladins n’aura pas beaucoup de sens : ils auront du mal à se souvenir de ce qu’ils ont vécu six mois auparavant. Et puis, attendre trop longtemps, c’est peut-être louper des découvertes. Mais attention, ne tombons dans de longs et routiniers moments de réflexion… D’ailleurs, pour que cela reste un plaisir, le bivouac doit d’abord être assez court.

Les étapes du bivouac

Tu rassembles les scouts dans un endroit calme et confortable. Tu leur expliques le but de ce moment un peu particulier et ce qu’on va y faire : « On s’arrête de jouer, on réfléchit à ce qu’on aime, à ce qu’on a appris de nouveau, à ce qu’on aimerait encore faire. » Changer d’ambiance et de lieu permet à tes scouts de rentrer plus facilement dans ce moment de réflexion.

Un bivouac, c’est un vrai moment d’animation, n’hésite pas utiliser toute ton imagination pour rendre inoubliable ce moment. Voici quelques exemples :

  • Déguise-toi et joue une petite saynète.
  • Prépare quelques morceaux de musique à la guitare.
  • Décore une pièce, un chemin, un couloir ou même un coin de la forêt.
  • Raconte-leur une histoire.
  • Commence par une petite balade aux flambeaux jusqu’à une clairière dans les bois.

Ensemble, on se souvient de ce que l’on a vécu en retraçant le film du week-end, du camp ou des dernières réunions : les différentes étapes, les faits marquants…

Des techniques visuelles peuvent aider à se souvenir :

  • un fil à linge sur lequel on accroche au fur et à mesure du camp des objets qui symbolisent ce qu’on a vécu (un maillot pour l’activité piscine, une chaussure pour le hike, un morceau de bois pour la veillée autour du feu...)
  • un panneau avec quelques photos imprimées prises à chaque moment important
  • une fresque progressive (on la dessine au fil du temps et des aventures)
  • un tally, un journal, papier ou vidéo
  • une horloge par jour avec des mots-clés qui expriment ce que l’on a vécu après les grosses activités ou moments vécus

Le support est un objet concret (dessin, bricolage, montage…) qui permet de répondre à des questions ouvertes et personnelles. Les questions tournent autour de trois grands axes, mais tu peux les séparer en plusieurs petites questions :

  • Ce que j’ai aimé : « Moi, qu’est-ce que j’ai aimé, trouvé drôle ou étonnant  ».
  • Ce que j’ai découvert : « Qu’est-ce que j’ai découvert, appris, fait de nouveau ? ».
  • Ce que je voudrais encore découvrir : « Qu’est-ce que je voudrais encore découvrir, que j’aurais envie de faire, d’apprendre ? ».

Tu peux adapter le support au thème de ton camp, de ton week-end ou au cadre imaginaire. Si tu proposes à tes scouts de réaliser eux-mêmes le support de leur bivouac, mieux vaut que le bivouac commence par le petit moment de réflexion que par le bricolage. En effet, tu auras plus de difficultés à entrainer tes scouts dans un vrai moment de réflexion s’ils viennent de se battre pour la paire de ciseaux ou qu’ils ont les doigts plein de colle ou de peinture.
Une fois qu’ils ont fini leur moment de réflexion, invite-les à quitter la pièce en silence pour aller terminer le bricolage et échanger s’ils le souhaitent.
Tu trouveras des idées de supports ci-dessous.

Chacun réfléchit tranquillement, pour soi.
Ton rôle :

  • Passer auprès de chacun.
  • Faire en sorte que ce moment reste calme.
  • Réexpliquer à ceux qui n’ont pas compris.

Parfois, un scout te demandera de l’aider… Pas de problème : ce n’est pas parce que c’est personnel qu’il ne peut pas faire appel à toi. C’est évidemment plus motivant pour tes scouts si, toi et les autres membres du staff, vous vous prêtez au jeu et faites aussi votre bivouac.

Tu rassembles les scouts par petits groupes pour échanger, s’ils le désirent : chacun peut raconter, à l’aise, l’une ou l’autre découverte ou envie… C’est un enrichissement possible, mais en aucun cas une obligation ou une confession publique.

Tu peux rappeler à tes scouts qu’ils peuvent garder précieusement leur support de bivouac (le mettre dans un lieu précis, l’afficher…).

Des idées de supports pour tous les âges

Un sac à dos avec des noms pour les poches : le compartiment des bons moments, la pochette des découvertes, le réservoir des futurs défis…

Un  avec un dessin par face qui symbolise la question posée. La réponse est dessinée ou écrite au dos (c’est plus facile si le dé est déjà découpé).

Un plan du gîte, où chaque pièce représente un domaine de réflexion (la cuisine pour le côté social, la prairie pour la nature…).

Une cocotte en papier : ils jouent eux-mêmes et répondent aux questions qu’ils se posent au hasard.

Un village en 3D : l’école symbolise les découvertes “intellectuelles”, mais il y a aussi l’atelier du peintre, le petit parc, le hall omnisport, la boulangerie…

Un petit marché avec des cageots à remplir : on écrit ou dessine derrière un fruit ou un légume une découverte, un coup de cœur, une envie pour la suite…

Un grand chapiteau rempli de personnages si le camp se déroule dans un cirque... (par exemple : le magicien pour noter les choses que tu ne savais pas avant ; l’éléphant pour ce que tu as découvert sur la nature, le jongleur pour ce que tu as appris à faire avec tes mains ; le clown pour ce que tu as appris de nouveau sur toi et tes copains ; l’acrobate pour ce que tu as appris à faire avec ton corps; le musicien si tu es devenu un artiste ; le trapéziste pour ce que tu voudrais faire ou apprendre de nouveau, une autre fois).

Un questionnaire interactif style “dont vous êtes le héros”, où il faut suivre un chemin en fonction des réponses données.

Des balles pour jongler avec ses idées : à chaque couleur de ballon correspond une question. Chacun répond aux questions qu’il souhaite et glisse sa réponse dans sa balle à jongler (blanc “cap”, ce que je sais faire parce que je ne suis plus un enfant ; jaune: pas tout à fait “cap”, ce qui me manque, ce que je changerais ; bleu: “encore plus cap“, ce que je voudrais savoir faire).

Un mobile à construire : des images correspondent aux différentes questions. Chacun choisit les images sur lesquelles il veut réfléchir, puis les accroche à son mobile :

  • Gribou = mes nouveaux amis, ceux auxquels je tiens.
  • Monsieur Loyal = ce qui me fait plaisir (ou pas).
  • Le coffre à trésors = mon plus beau souvenir.
  • Baloo = une règle importante à mes yeux, sympa à vivre.
  • L’arbre des Mowhas = ce que j’ai appris à faire avec mes mains.
  • Kaa = ce que j’ai découvert avec ou à propos d’un ami.

Un cocktail de fruits, chaque fruit correspond à une couleur de papiers et est associée à une question. Chacun prépare son cocktail de fruits en glissant les papiers de différentes couleurs dans un gobelet. Lors du moment d’échange, tu peux proposer à chacun de se préparer son vrai cocktail en mettant des fruits et des jus à disposition.