Chacun est unique, chacun a son identité et a le droit de s’attacher fermement à des principes, des valeurs pour la conserver. C'est la diversité des identités qui fait la richesse d’un groupe.

Parfois, dans le scoutisme, nous avons tendance à mettre des œillères et à penser que tout le monde peut suivre le même modus operandi. Mais ce n'est pas si simple que ça. Une solution pour que tout le monde s’y retrouve est peut être celle proposée par les accommodements raisonnables.

L’accommodement raisonnable est, à l’origine, un dispositif juridique né au Québec et obligeant l’Etat, les entreprises et les particuliers à tenir compte des particularités des minorités religieuses et à chercher à les accommoder de manière raisonnable

Ce sont des mesures raisonnables pour s’entendre, sans que cela n’entrave l’exploitation de l’entreprise de l’employeur ni ne lui imposent des frais excessifs. Ces mesures visent à assouplir une norme afin de contrer la discrimination qu'elle peut créer, dans le but de respecter le droit d’égalité du citoyen.

Respecter les principes de tous

Prends le temps en staff de réfléchir à la pertinence de chacune des activités proposées pour l’ensemble des membres de ta section.

Est-ce que la façon de gérer les moments de la vie quotidienne conviennent et respectent les principes de tous ? Attention, il ne faut pas changer du tout au tout. C’est aussi important de pouvoir conserver des activités et un mode de fonctionnement qui conviennent et plaisent à la plupart des membres. 

Concrètement chez Les Scouts

Chez Les Scouts, l'accomodement raisonnable pourrait se traduire par des adaptations dans l’animation et la gestion quotidienne de la section pour s’entendre, sans que cela n’entrave le projet scout. Ces accomodements visent à adapter une norme, une tradition ou une habitude afin de respecter le droit d’égalité et de respect de chaque scout.

Concrètement, cela peut porter sur les menus du camp, les heures de sommeil en fonction des besoins de chacun…

Les accommodements raisonnables accordent une large place à la tolérance. La tolérance étant considérée comme un moyen de mise en latence du conflit et non un moyen de résolution de ce conflit.

Les accommodements raisonnables doivent répondent à plusieurs critères. Ils sont fondés sur des motifs de discrimination et ne peuvent pas représenter un coût trop élevé pour aucune des parties, ni se traduire en pratiques qui pourraient mettre en péril la section.