Concernant les animateurs et les cadres locaux ou fédéraux, les intendants et les invités quelconques, il convient de distinguer deux contextes.

Les adultes du mouvement se doivent d’être en permanence en pleine possession de leurs moyens. Des études scientifiques établissent que les réflexes des individus diminuent grandement avec le taux d’alcoolémie. Certes, chaque individu réagit différemment à l’alcool en fonction, notamment, de ses caractéristiques corporelles et de l'habitude qu'il a d'en consommer. Mais toutes les études montrent qu’un des premiers effets d’une consommation, même légère, est l’altération de la capacité de conscience de son état. Nous adoptons comme limite, un taux maximum de 0,5 gramme d’alcool par litre de sang qui est la norme généralement acceptée par la communauté scientifique.

Un staff est responsable de ses scouts 24h sur 24, que les scouts soient ou pas physiquement présents à côté d’eux ; ceci concerne notamment la gestion des hikes.
Une fête d’unité ou de section, pendant l’année ou pendant le camp, est assimilée à un moment où les scouts sont sous la responsabilité des animateurs.

Les cadres locaux et fédéraux sont responsables des animateurs 24h sur 24 pendant les TU, les formations et les évènements fédéraux. Leur rôle est de vivre et faire vivre cette position du mouvement sur l’alcool et les produits psychotropes.

Les intendants et les invités à un camp ou une activité scoute ont, qu’ils le veuillent ou non, une responsabilité vis-à-vis des jeunes, ne fût-ce que par l’exemple d’adulte qu’ils donnent.
Ils doivent dès lors respecter, en toute circonstance, les règles qui s’appliquent aux animateurs et aux cadres.

Enfin, il est de notre devoir de rappeler que la consommation d’alcool (ou d’autres produits psychotropes) est une cause de non intervention de l’assistance juridique et de la couverture d’assurance en cas d’accident.

Les adultes du mouvement se doivent d’être en capacité de remplir de leur mieux le rôle qui est le leur (se former en formation, s’organiser et construire en réunion de staff, etc.).
Dans ce cas, l’organe compétent définit les modalités de la consommation éventuelle d’alcool (conseil d’unité, conseil fédéral, équipe de formateurs). En aucun cas, un adulte ne peut revendiquer un droit individuel et personnel à consommer de l’alcool (ou autre produit psychotrope).

Par ailleurs, les adultes scouts, qu’ils le veuillent ou non, sont des modèles pour les scouts de leur section mais aussi pour tous les autres. Nous ne souhaitons pas que la consommation d’alcool (ou d’autres psychotropes) fasse partie de ce qui est montré en exemple aux scouts.

Bien qu’elle n’implique pas en soi de responsabilité vis-à-vis des plus jeunes, la route constitue un idéal de vie élevé et les routiers doivent dès lors respecter, en toutes circonstances, les règles qui s’appliquent aux animateurs et aux cadres.